Dix jours sans inspiration?

           Nan, ce n'est pas la seule raison, l'article précédent m'a vidé les tripes. Je préfère écrire et penser des choses légères. Celui là, j'ai mis des heures à le "brasser" dans tous les sens. Il fallait faire court, et il y avait tant à dire... De ce sujet, bien sûr, j'en ai parlé un peu au cours de ma vie,quelque fois, pas tant que cela... à mes enfants par exemple, à des amis, mais j'évite de ressasser les souvenirs difficiles, et puis cela met les autres parfois mal à l'aise, même lorsque j'en parle joyeusement, à propos d'un souvenir drôle par exemple. C'est une façon que j'aime assez pour faire "revivre" un peu les morts. En tous cas, jamais, je n'avais écrit sur ce passage de vie. J'ai été obligée de me replonger dans cette histoire très longtemps par rapport à d'habitude, j'ai du en extraire les faits marquants, shunter de nombreuses choses, mais les faire défiler sur le tapis roulant de ma mémoire pour garder l'essentiel... bref exercice périlleux qui réveille beaucoup de choses, au final j'ai failli tout balancer... trop larmoyant, trop intime,trop long, trop tout, et puis mince j'en avais tellement bavé pour l'écrire... alors le jeter au rebus...je n'ai pas pu...            voila c'était l'épilogue.

             Et puisque je suis dans cette rubrique "épilogue" hier j'ai vu cette vieille dame si mignonne, qui maintenant porte pessaire... Je crois qu'elle va m'édifier une statue ! A presque 90 ans " je lui ai redonné une n.ième jeunesse" et elle me voue une "reconnaissance éternelle". Elle est revenue me confirmer que la taille était parfaite, qu'il résiste à tous les mouvements volontaires et involontaires, qu'il n'y a pas de fuites urinaires, mais pas non plus de dysurie, ni de troubles rectaux. Bref l'idylle parfaite avec son nouvel anneau ....

             Epilogue toujours: c'est la loi des séries... ce matin j'ai revu la jeune femme qui a cru pendant 24h qu'elle avait un cancer du sein juste avant Noël. C'était formidable pour finir de me faire chaud au coeur, elle en pleurait encore de bonheur en repensant à cette journée infernale. Et de 2 statues ! !   looool

             Comme la Loire me colle au coeur et au corps, la semaine prochaine, je pars en vélo pour la longer des jours et des jours jusqu'à la mer... il y aura un prochain billet surtout composé de photos... ça changera du spec....