P1230008_tres_petite

        Vous avez vu ?  je m'amuse bien depuis que j'ai ce nouveau job... je me suis fabriqué un radeau...   

        ça va faire comme celui de la Méduse vous croyez ?... c'est déja fait ? ...

         on ne nous dit pas tout ....! ! !

" Docteur, depuis votre traitement, je me sens revivre" ... ça flatte l'ego hein ! quand on l'entend. C'est quasiment toujours le cas quand je mets en route un THS (traitement hormonal substitutif) chez une patiente fraîchement ménopausée et qui a des troubles invalidants.

Pourtant depuis 2003 et la trop fameuse étude WHI américaine, il faut être courageuse pour parler de THS. Depuis, c'est le grand naufrage ... Les médias ont fait un tel battage négatif que des tonnes de clichés sont bien ancrés (lool) dans l'esprit des femmes.

Depuis, cette étude est critiquée à de nombreux égards... mais surtout dans nos congrès: pas la même population qu'en France, pas les mêmes THS, moyenne d'âge excessive, mise en route du THS trop tardive... mais guère de retombées médiatiques.

Chez nous on a pourtant une étude intéressante: E3N , faite sur une cohorte nombreuse (MGEN il est vrai (corps enseignant), donc un peu ciblée, mais avec une vraie rigueur dans les réponses aux questionnaires et ce sur maintenant 9 ans de recul). On y découvre qu'avec nos THS dits "à la française" les résultats sont plus que rassurants, tant au niveau des seins , qu'au plan cardio-vasculaire, pourvu qu'on utilise les bons THS et que l'on commence dés la ménopause et non pas 10 ans plus tard.

Certaines femmes ont le "packaging" complet: bouffées de chaleur évidement, mais aussi des insomnies, une asthénie (fatigue) intense, de la sécheresse vaginale, la libido en berne, le moral au ras des semelles. Si elles n'ont pas de contre-indication, la mise en route du THS procure une amélioration spectaculaire... En quelques jours , on retrouve notre superwoman. C'est beaucoup plus satisfaisant (à mon avis) que d'additionner un traitement contre les bouffées ... qui marche mal, des somnifères, des lubrifiants, voire un anti-dépresseur... et j'en passe ou de rester avec des signes invalidants ... "à cause que ça donne le cancer"... mais qui fument toujours ....

Donc comme vous pouvez vous en douter , je suis PRO-THS, pas comme avant 2003 (on le donnait systématiquement), mais OUI pour toutes les femmes motivées et avec de bonnes raisons de l'être.

Site médical et grand public à consulter AFEM référencé dans les liens ... je n'arrive pas à faire un lien dans le texte ....!